L'aquamation

Crémation sans feu et procédé beaucoup plus écologique

L'aquamation est une alternative plus naturelle et écologique à la crémation et à l'inhumation. C'est l'eau plutôt que le feu qui est utilisée. Le nom scientifique du procédé pour cette crémation sans feu est l'hydrolyse alcaline. Ce processus est accéléré en combinant chaleur et alcalinité à une eau en mouvement.

Le procédé d'aquamation se veut plus naturel, éthique et écologique que la méthode de crémation par le feu, et même que les enterrements traditionnels. Comparée à la crémation, elle utiliserait 10 fois moins d'énergie et ne rejetterait aucune particule et gaz nocif dans l'atmosphère.

La Résidence funéraire de l'Abitibi-Témiscamingue est la première entreprise de la région et la deuxième au Québec à s'être dotée d'une unité d'aquamation. C'est en 2016, et chez nous que fut offerte aux Témiscabitibiens la première aquamation régionale.

Foire aux questions

Comment fonctionne l’aquamation?

L’aquamation est un procédé pour accélérer la décomposition du corps des défunts. La dépouille est insérée dans un cylindre qui est par la suite rempli d’une substance composée d’eau et d’un produit alcalin. Le mouvement et la température de l’eau agissent pour dissoudre les matières du corps. Après quelques heures, la peau et toutes les matières organiques du défunt ont été dissoutes. Il ne reste alors que les os.

Combien de temps dure une aquamation?

Entre 6 et 12 heures, selon le type d’appareil. Dans le cas de l’appareil acquis par la Résidence funéraire de l’Abitibi-Témiscamingue, le procédé sera d’environ 6 heures.

L’aquamation est-elle plus économique que les autres procédés?

Le coût pour la famille du défunt est le même que lors d’une crémation. Cependant, l’aquamation ne nécessite pas de contenant de crémation, ce qui permet d’économiser environ 100 $.

Pouvons-nous prévoir une exposition du corps au salon funéraire avant l’aquamation?

Oui. Dans ce cas, une thanatopraxie (embaumement) devra d’abord être pratiquée sur le corps du défunt.

Qu’arrive-t-il avec les résidus de l’aquamation?

L’aquamation produit deux types de résidus, soit une eau riche en matières organiques et les os. Le liquide est neutralisé avant d’être retourné à l’usine de traitement des eaux. Aucun résidu polluant n’est produit par ce procédé. Les os sont réduits en poudre et sont remis à la famille, dans un contenant cinéraire ou dans une urne, tout comme lors d’une crémation. La famille peut alors faire les mêmes choix que lors d’une crémation, soit d’inhumer l’urne, de disperser les poussières dans la nature, de déposer l’urne dans un columbarium ou de la rapporter à la maison. 

Qu’advient-il des prothèses, stimulateurs cardiaques ou tiges de métal que certaines personnes se sont fait implanter durant leur vie?

Les métaux des prothèses (titane, plomb) peuvent être récupérés, au contraire de la crémation et de l’enterrement. Le procédé participe ainsi aux préoccupations environnementales. 

Quels sont les avantages de l’aquamation?

Nous en voyons quatre :

  • Plus écologique : le procédé d’aquamation nécessite 10 moins d’énergie que la crémation en plus d’émettre 160 fois moins de CO2 (dioxyde de carbone) dans l’air qu’une crémation.
  • Plus économique : le prix de l’aquamation est le même que pour une crémation, mais il ne nécessite pas de contenant de crémation, ce qui représente une économie de 100 $.
  • Plus en douceur : pour certaines personnes, il peut être apaisant d’imaginer le corps du défunt dans l’eau plutôt que dans le feu. L’eau est chauffée, mais à une température nettement moindre que lors d’une crémation.
  • Un procédé sanitaire : l’aquamation neutralise les virus et certains agents pathogènes présents dans le corps. Il neutralise également les formaldéhydes utilisés lors de la thanatopraxie.

Ce procédé est-il répandu dans le monde?

L’aquamation n’existe que depuis une quinzaine d’années. Elle est présente dans quelques états américains, en Ontario et en Australie. Elle est presque inexistante en Europe. Au Québec, une autre entreprise installée dans les Cantons de l’Est offre cette option.

Pourquoi la Résidence funéraire de l’Abitibi-Témiscamingue s’est-elle intéressée à ce procédé?

Pour des raisons écologiques. En 2011, notre coopérative fut la première entreprise funéraire au Québec mai 2011 à être accréditée par la Green Burial Council. Nous avons été parmi les premiers à nous doter d’une politique de développement durable et à mettre en œuvre des gestes concrets pour réduire l’empreinte écologique de notre activité. 

Pouvons-nous encore choisir la crémation ou l’inhumation au cimetière pour la disposition du corps?

Bien sûr! L’aquamation s’ajoute simplement aux options disponibles pour les familles.